Quelles sont les règles gastronomiques japonaises ?

Au pays du soleil levant, il existe une série de règles à respecter au moment de déguster leurs délicieux repas salés-sucrés. Certaines d’entre elles ressemblent aux nôtres, d’autres sont liées à leurs croyances. Quels sont ces rituels nippons ? Petit tour d’horizon sur la gastronomie Japonaise.

L’utilisation des baguettes japonaises

Les baguettes accompagnent tous les mets traditionnels, y compris la soupe. La manière de les maintenir est tout un art, qu’il faut honorer. Elles ne doivent jamais être plantées dans le riz. Cette représentation correspond aux offrantes faites aux défunts, au même titre que les bâtons d’encens. Jouer avec cet ustensile s’avère plutôt mal vu. Tout comme en Occident, l’aliment est porté à la bouche par le couvert et non l’inverse. La nourriture ne se passe pas de baguette en baguette, cette procédure se trouve également réservée aux enterrements.

A lire également : Mousse au chocolat et caramel

La disposition des plats japonais

Par soucis d’harmonie, la vaisselle s’ajuste aux menus préparés. L’aliment prédispose de la taille et la forme des plats. Ils sont présentés ensemble sur un plateau. Celui du riz à gauche et la soupe à droite. Le poisson servi en entier, présente sa tête à gauche et son abdomen vers le convive.

Comment se tenir à une table japonaise ?

Pour souhaiter bon appétit, les nippons disent « Itadakimasu ». À la fin du dîner, « gochisousama deshita » signifie « je me suis régalé », pour remercier votre hôte. Les assiettes servent à déposer un peu de tout ce qui se trouve dans les plats, sans jamais les mélanger. Ils déposent dessus, de petites quantités et la politesse veut qu’elle soit vide en fin de repas. La sauce ne se verse jamais directement sur le riz nature. Il est de bon ton de consommer en silence, excepté pour les nouilles et la soupe, pour lesquelles le consommateur émet des petits bruits d’aspiration, pour signifier son envie pressante de s’alimenter. Ces quelques règles respectées, il ne vous reste plus qu’à savourer. 

A lire également : Flan de crabe